Échange des vœux au CDPS : François-Xavier Beltchika appelle les congolais à la prise de conscience face aux enjeux majeurs qui retardent le développement du pays !

Partager

Comme chaque année, le parti Congrès des Démocrates pour le Progrès Social ( CDPS) s’est réuni hier, mardi 6 février 2024 à son siège social à Lemba, pour la cérémonie solennelle d’échange des vœux de fin de l’année. Une occasion pour le fondateur de cette force politique de non seulement évaluer de bout en bout le parcours annuel du parti et, même, les enjeux politiques du pays à tous les niveaux surtout en cette période postélectorale, mais aussi de faire appelle aux congolais à une prise de conscience des enjeux majeurs qui retardent le développement du pays.

Dans son propos en présence des représentants de toutes les structures du parti venus pour la circonstance, le président du parti, François-Xavier Beltchika Kalubye, est revenu sur la portée particulière de cet événement annuel en cette année 2024. Contrairement aux précédentes années, l’échange des vœux de cette année revêt d’une valeur unique et rare.
« L’échange des vœux de cette année ne peut pas avoir la même signification que l’échange de vœux rituel des années passées. Cinq ans après, le pays s’est présenté aux élections générales où le pays était appelé à renouveler l’ensemble des institutions du sommet à la base. À la suite de ces élections, le peuple souverain est censé avoir envoyé dans les institutions les fils et filles de ce pays, qui sont censés être des porteurs de ces espoirs et les vrais combattants au front, pour vaincre les difficultés séculaires que le pays a connues, et de permettre à là nation et au peuple d’avoir un brin d’espoir. C’est le sens et la signification des élections générales qui viennent d’avoir lieu».

C’est dans ce sens qu’il a insisté, en ce qui concerne son parti, le CDPS, à ce que « tout ceux qui ont eu le sens de responsabilité que le peuple leur reconnaît puissent savoir que le peuple a les yeux grandement ouverts et qu’ils puissent savoir s’assumer dans le sens de l’intérêt général pour arriver à vaincre les différents défis que le peuple rencontre».

Poursuivant son allocution, le président du CDPS a réitéré son appel à tous les élus, à quel niveau qu’ils soient, au sens élevé de responsabilité et d’essayer de privilégier l’intérêt général au lieu des intérêts partisan.

François-Xavier a mentionné, au deuxième aspect significatif de ce qu’aura été pour lui l’échange des vœux cette année, le défi de la sécurité des congolais et de leurs biens. Un défi qu’il dit prendre fait si et seulement si les congolais accordent leur divergences et décident de se mettre ensemble. « Notre pays, en cette année, est en train de traverser un défi énorme relatif à l’aspect sécuritaire. Puisque les ennemis de notre peuple, internes comme externes, sont décidés à faire jouer leurs cartes, pour d’une manière ou d’une autre faire en sorte que leur dévolu puisse enfin commencer à prendre corps : la balkanisation de notre pays. Nos frères de l’Est souffrent énormément. Nous devions nous sentir dans l’acuité de la même douleur. Nous constituons un même corps».

François-Xavier est convaincu que si tous les congolais, connaissant l’ampleur du danger que guette le pays face à la balkanisation, s’impliquent à fond dans la dynamique de relever le défi, il n’y a aucune puissance qui parviendrait à vaincre toute une nation debout comme un seul homme.« Un peuple debout et conscient est plus fort qu’une bombe atomique », a-t-il soutenu.

En somme, il souhaite que l’année 2024 qui a apporté le renouvellement des instruments institutionnels du pays puisse être une année décisive en ce qui concerne l’aspect sécuritaire. « Nous ne vous souhaitons pas bonne heureuse année, nous vous souhaitons plutôt une année de combat et de lutte, pour qu’à la fin nous puissions nous dire à la fin, bonne et heureuse année», a-t-il conclu.

Par ailleurs, bien avant, c’était le mot du secrétaire permanent du parti, M. Vincent Shabani Tutu-Mushale, qui s’est appesanti dans son intervention sur le déroulement des élections en RDC et les résultats escomptés par le CDPS ainsi que les ambitions du parti pour les échéances à venir.
« Nous croyons savoir à la lumière des statistiques de la Ceni que le score réalisė par le CDPS seul en tant que parti politique, donnent les raisons d’espérer et doit nous servir de tremplin pour mieux sauter afin d’atteindre le but dévolu à tout parti politique à savoir la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir en vue de mettre en œuvre seul ou avec le concours des autres notre programme du gouvernement inspiré par notre projet de société. Nous considérons donc que nous n’avons fait que poser un genou par terre et avons présentement plus que jamais, une base suffisante et des arguments solides pour nous relever et aborder la suite de notre combat avec détermination étant entendu que le CDPS n’a pas vocation de s’éterniser en marge du pouvoir d’Etat».

La Rédaction

Articles similaires

Kinshasa : une trentaine de jeunes sensibilisés sur la  promotion de la culture de...

En cette ère où la manipulation de l’information et les infox deviennent monnaie courante  à travers notamment les nouvelles technologies, et à la base même de plusieurs conséquences dans la société, la sensibilisation de la masse contre ces pratiques s’avère importante. De fausses informations se répandent ça et là à la vitesse de croisière, et laissent derrière elles des conséquences désastreuses. 

Kinshasa : PNLP et ISA renforcent les capacités de 29 journalistes membres du groupe...

Le paludisme reste la première cause de morbidité, de mortalité et d’hospitalisation en République démocratique du Congo, mais surtout pour les enfants de 0 à 5 ans ainsi que les femmes enceintes. Depuis quelques années, la RDC figure sur la tête d’affiche des pays les plus palustres. Elle est deuxième en Afrique et troisième au monde après l’Inde et le Nigeria.

CNSSAP-Gestion ressources humaines : après vérification de conformité, l’IGF valide la paie des mois...

Le système de contrôle interne des ressources humaines de la CNSSAP est bien satisfaisant. L'IGF a, après contrôle de conformité, validé la paie des mois d'avril et mai 2024 de tous les agents dans leur statut actuel et ce, sans exception.