Kinshasa : HABARI RDC édifie les jeunes sur le rôle et l’implication des conseillers communaux dans la gestion des entités décentralisées 

Partager

Connaître le vrai rôle et l’utilité des conseillers communaux dans la gestion des entités décentralisées, faire comprendre aux jeunes les attributions réparties à ces nouvelles autorités de la commune, leurs responsabilités telles que limitées par la loi et leur impact dans la gestion de la Res publica au niveau communal était, en gros, le but précis de la conférence-débat organisée par HABARI RDC, ce jeudi 20 juin 2024 à Kinshasa. 

Ce colloque dénommé « face aux jeunes » avait connu deux intervenants qui ont expliqué, en long et en large, la thématique du jour. Mme Antoine Lokomba Mboyo, conseillère municipale à la commune de Makala, l’une des intervenants, qui s’est chargée d’expliquer les attributions du conseil communal, est partie du fondement juridique de cette institution, jusqu’à la découverte même de ses tâches les plus négligées. 

Elle a révélé que le conseil communal trouve son existence à partir de l’article 50 de la loi portant sur la décentralisation, loi numéro 008/16, qui cadre et qui détermine, en même temps, le rôle et le travail d’un conseiller municipal. 

L’intervenante a cité, à l’intention des participants à cette conférence, quelques rôles que jouent les conseillers communaux. Il s’agit selon elle, entre autres, de la création des crèches, la surveillance de la gestion communale des bourgmestres, la réhabilitation des écoles, la mise en marche de la fonction publique locale, et tant d’autres.

Mme Antoinette a rassuré que selon la loi, le conseil communal est tenu à la mise en action d’une fonction publique locale qu’il va lui-même gérer. À l’en croire, le conseil a un rôle clé dans la gestion de la commune et aura entre ses mains la vie de la population car, a dit Mme la conseillère municipale, le conseil est proche de la population. 

Plus loin, elle ajoute que le conseil communal est une institution composée d’élus locaux qui ont le rôle d’assurer la décentralisation de la gestion au niveau de la commune en veillant sur la gestion des ressources provinciales. Alors que le bourgmestre, lui, achève l’intervenante, est un gestionnaire de la commune sous l’œil contrôleur des conseillers communaux. 

« Le conseil communal sera le guide  dans le collège exécutif parce que là, on n’aura pas seulement les 8 bourgmestres mais aussi deux échevins qui vont matérialiser les décisions émanant du conseil communal.  Les  échevins sont comme des ministres parce que cette fois-ci il y aura un collège exécutif. Il n’y aura plus de bourgmestres adjoints. On va ajouter, selon la loi, deux échevins qui auront une fonction comme celle des ministres au sein du collège communal», a éclairci Mme Antoinette Lokomba Mboyo.

Pour une jeune consciente et citoyenne

Bien avant cette intervention, c’était celle de M. Eddy Yav, coordonnateur du panel des experts pour la résolution 2250/RDC, qui a parlé de la citoyenneté, du rôle d’un citoyen et de ses devoirs dans sa société.

 « Nous sommes venus dans cet atelier organisé par Habari RDC pour essayer de faire une certaine lumière sur le rôle des conseillers communaux mais également partager un certain nombre d’expériences sur l’engagement citoyen des jeunes, comment ils doit se comporter, comment il doivent faire en sorte qu’ils soient des citoyens modèles qui partagent des valeurs au sein de la communauté.  Nous avons également eu la chance d’avoir une conseillère communale, qui a partagée les missions d’un conseiller communal afin de pouvoir profiter de l’occasion pour essayer encore de partager un certain nombre d’expériences pour que les jeunes s’engagent davantage à être des citoyens modèles pour faire avancer l’agenda des jeunes et femmes afin qu’ils vivent dans leurs meilleures conditions dans leurs  municipalités respectives», a déclaré l’intervenant. 

Me Yav a dans son intervention insisté sur quelques points essentiels qui caractérisent un bon citoyen. Il s’agit, parmi plusieurs, de sa participation dans le changement (positif) du pays. À son avis, cette participation nécessite un engagement fort et une conviction personnelle.

Une initiative louable 

Au sortir de ces échanges, les participants n’ont pas manqué de mots pour remercier HABARI RDC, initiateur de l’activité et tous ses partenaires pour l’initiative. Plusieurs témoignages des participants qui ont avoué avoir suffisamment bénéficié des connaissances étaient recueillis. C’est le cas par exemple de M. Baruti, Coordonnateur de la structure “Jeunesse pour une nouvelle société”. 

 «  Nous commençons tout d’abord par féliciter Habari RDC d’avoir organisé cette activité parce que c’est la première fois qu’on puisse avoir les élections de conseillers municipaux. C’est une nouvelle expérience que le président de la République nous a confiée, et c’était nécessaire pour que la jeunesse puisse connaître effectivement quel est le rôle d’un conseiller communal. Après ces échanges, on est sorti très édifié, parce qu’on a compris le rôle du conseil communal. Nous avons compris que le rôle phare du conseil c’est de prendre des décisions, contrôler la commune et faire des propositions qui feront à ce que les communes soient développées», a témoigné ce participant. 

Fidel Songo 

Articles similaires

Kinshasa : un délai de 7 jours accordé aux propriétaires des véhicules abandonnés sur...

C'est à travers un document rendu public ce mercredi 23 juillet 2024, que la police nationale congolaise (PNC) ville de Kinshasa, a accordé un délai de 7 jours aux propriétaires des véhicules abandonnés sur la voie publique, avant qu'ils ne soient saisis.

Sankuru : la population de Lodja exprime son ras-le-bol face à la non exécution...

Financés il y a peu par le Gouvernement central de la République, les quatre projets pour les infrastructures peinent à être exécutés. Pour exprimer son ras-le-bol, la population de Lodja a tenu ce vendredi, 12 juillet 2024, une marche pacifique. 

RDC : tête à tête entre Jacquemain Shabani et Lucy Tamlyn sur la nécessité...

C'est dans la journée de ce mardi 2 juillet que le ministre de l’Intérieur, Jacquemain Shabani, a eu un échange avec l’ambassadrice des États-Unis, Lucy Tamlyn à Kinshasa, sur la nécessité de renforcer les capacités policières, après le départ de la MONUSCO en RDC.