RDC : l’UMECO propose une inclusivité de tous autour d’une table pour relever le système de santé du pays (Tribune)

Partager

Il y a environ 30 ans, le système de santé de la République Démocratique du Congo était parmi les 5 meilleurs du continent.

Les gens pouvaient venir se faire soigner au Congo- Kinshasa (Zaïre) avec espoir de rentrer en bonne santé, cette immigration des patients rapportait beaucoup d’argents sur le plan recettes fiscales car la paie du visa congolais, taxes aéroportuaires, hôtel et tant d’autres avaient un impact sur notre économie et rendait fiers les professionnels de santé Zaïrois (congolais).

Mais depuis la fin des années 90, il y a eu inversion des courbes, actuellement nous sommes caractérisés par l’émigration des patients, même pour un mal de tête, de nos autorités aux commerçants en passant par les mandataires publics, tout le monde veut aller se faire traiter en dehors du pays.

Cela a pour des conséquences terribles sur notre économie car au lieu que nous encaissons, nous dépensons.

Sur 100% d’hommes politiques et d’affaires décédés de suite des maladies , plus de 50% ont été dans les hôpitaux en dehors du pays, une preuve que la mort est partout et aucun hôpital n’y est à l’abri.

D’où plusieurs questions taraudent mon esprit: pourquoi ce rabais du système de santé de notre pays
Quelles sont les pistes de solutions pour relever les systèmes de santé?
Qu’est-ce qui explique cette méfiance envers notre propre système de santé?
Est-ce le Personnel soignant est-il le problème?
Quel est la part de l’État dans cette dégringolade du système de santé?
Quelle est la part de responsabilité des différents ordres(Des Médecins, des infirmiers, Dentistes…)? Des syndicats ? Des professionnels eux-mêmes?
Quelle est la part des universités où sont formés les personnels soignants au Congo????
Mais pourquoi la plupart des personnels soignants qui sortent en dehors du pays sont toujours parmi les meilleurs prestataires partout où ils se trouvent?

Avant de soigner la plaie, il faut commencer par la décrire, comprendre la cause ainsi que les circonstances de survenue sinon c’est un coup d’épée dans l’eau.

D’où à ces jours, notre système de santé a besoin d’une inclusivité autour d’une table, nous devons nous dire des vérités en face, partir sur des nouvelles bases afin de savoir qui fait quoi, quand, pourquoi, comment et où ?

Tribune du Chef des travaux, Dr Dominique TSHIKABU TONTODI
Président de l’UMECO-RDC

Articles similaires

Kinshasa : PNLP et ISA renforcent les capacités de 29 journalistes membres du groupe...

Le paludisme reste la première cause de morbidité, de mortalité et d’hospitalisation en République démocratique du Congo, mais surtout pour les enfants de 0 à 5 ans ainsi que les femmes enceintes. Depuis quelques années, la RDC figure sur la tête d’affiche des pays les plus palustres. Elle est deuxième en Afrique et troisième au monde après l’Inde et le Nigeria.

Haut-Katanga : Ouverture de la revue annuelle des activités de lutte contre le VIH/SIDA...

Ouverture ce lundi 13 mai 2024 par le Ministre Provincial de la Santé du Haut-Katanga, le Professeur Docteur Joseph Nsambi Bulanda des assises de la revue annuelle des activités de lutte contre le VIH SIDA 2023 organisées à Lubumbashi. le Programme National de Lutte contre le SIDA, PNLS avec SI PEPFAR sont des partenaires qui ont financé pour la réussite de cette activité. Tenue du 13 au 17 mai soit 5 jours ouvrables, cette revue réunit toutes les 26 Provinces congolaises pour réfléchir sur les stratégies d'éradiquer le VIH SIDA d'ici à 2030 en République Démocratique du Congo en général.

En RDC, l’implication de la femme et la promotion du genre figurent parmi les...

Le paludisme reste l'une des principales causes de décès en Afrique précisément en République démocratique du Congo, touchant particulièrement les femmes et les enfants. Les femmes sont souvent responsables des soins familiaux et sont donc plus exposées à la maladie. De plus, les inégalités du genre limitent l'accès des femmes aux services de santé et à l'éducation sur la prévention du paludisme.