La 11ème édition du festival international de théâtre « ça se passe à Kin »  programmée pour la première semaine du mois de juin !

Partager

La 11ème édition du festival international de théâtre ‘’ Ça se passe à Kin ‘’ se tiendra du 5 au 12 juin 2024 à Kinshasa. Cette manifestation culturelle sera organisée par le Tarmac des auteurs. Son principal objectif est d’amener les spectateurs à changer l’image qu’ils se font de la région et plus spécifiquement de la RD-Congo.

Fondé en 2010 par Israël Tshipamba Mouchounay, le Festival “ ça se passe à Kin “ est aujourd’hui l’une des plus importantes manifestations internationales du spectacle vivant contemporain dans la commune de Kintambo.

En effet, chaque deux ans, pendant la première semaine du mois de juin, la commune de Kintambo devient un quartier-théâtre, un lieu de représentation, étonnant, accueillant des artistes professionnels et des artistes émergents.

‘’ Pour nous le théâtre c’est cette expérimentation éternelle d ‘être autre, de pouvoir un instant croire et faire croire qu’on est un autre. Se dédoubler. Avoir en soi une partie qui reste, qui s’accroche à quelque chose et une autre qui devient justement autre, qui se transforme. C’est le monstre qui est en nous que mon équipe et moi essayons de dessiner à travers ce festival. Montre à la fois d’honneur et de comédie, les deux genres étant d’ailleurs souvent liés ‘’, déclare Israël Tshipamba Mouckouray, Directeur artistique.

Et de poursuivre : “ Nous voulons que les habitants de Kinshasa cachent qu’il est possible d’épouvanter le théâtre, de faire dresser les cheveux sur la tête comme cela arrive parfois au cinéma ou dans la vie. Et pour cela nous leur proposons quelques fictions du Burkina-Faso, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de la Belgique, du Luxembourg, du Maroc, du Congo-Brazzaville et de la RDC, incarnées par des artistes qui convoquent des corps vivants et des choses, des objets, des lumières, de la scénographie, et qui en font de l’art mort-vivant par excellence “.

Dans la foulée, il a souligné que chaque spectacle est fruit d’un double mouvement. Ainsi, il précise que les pièces ont d’abord étaient pensées par les auteurs, sans penser à la mise en scène puis elles ont été saisies comme s’il s’agissait des œuvres des auteurs morts ou des manuscrits anonymes. Travailler avec les auteurs sans les metteurs en scène, travailler ensuite avec les metteurs en scène des pièces des autres. Se dédoubler là encore.

D’après lui, la question du double, du dédoublement est ainsi ce qui fait le centre du travail du tarmac des auteurs et de son projet et en particulier, un théâtre qui veut sortir de lui-même, il veut se recréer.

“ Dans une ville pauvre, croyante aux miracles, à la chance et sans vie après la mort, où l’autre monde a disparu, il faut que le miracle arrive ici et maintenant et si cela ne se passe pas, si nous ne parvenons pas à nous réaliser à travers le miracle alors nous retrouvons seuls face à nos échecs, seul avec les fantômes d’une vie possible, la vie des autres qui eux ont réussi. Nous ne fuyons plus les fantômes, nous leur courrons après. Les fantômes ne sont plus les revenants d’un autre monde mais plutôt nos désirs non réalisés, nos projections de la vie rêvée des autres, nos impossibilités, nos doubles manqués, nos impasses… “, a-t-il conclu.

Le festival réussit l’alliance originale d’un public populaire avec la création théâtrale. Le festival ‘’ ça se passe à Kin ‘’, c’est également des concerts, des ateliers, des rencontres professionnelles tous les soirs dans la rue, c’est aussi un forum à ciel ouvert, où les festivaliers parlent des spectacles et partagent leurs expériences avec les spectateurs. Une semaine durant, tous peuvent avoir accès à une culture contemporaine et vivante. Le programme est composé de spectacles, mais aussi de lectures, des rencontres et de débats, qui sont autant d’entrées dans l’univers des artistes invités.

Hénoc AKANO

Articles similaires

Musique Folklorique: l’artiste  Comette Nkanga lance son album « Bunda tika kolela » pour ce mercredi...

Les amoureux de la musique folklorique seront égayés ce mercredi 12 juin 2024 au village Chez Temba, à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. L'artiste Comette Nkanga, musicien renommé de la musique folklorique, va officiellement lancer son album "Bunda tika kolela (bats-toi, cesse de pleurer)". Une grande nouvelle pour tous ses fanatiques du monde entier et surtout  ceux de l'espace Grand Équateur.

Clôture de la session ordinaire au FPC : le PCA Emmany Ngoy Dioko à...

Revoir les textes régissant le fonctionnement administratif de l'établissement afin de rectifier le tir et prendre des mesures adaptées. Tel était l'objectif primordial de la réunion du conseil d'administration du Fonds de promotion culturelle, tenue le mercredi 22 mai 2024 à Kinshasa, sous l'autorité du président du conseil d'administration, le docteur Emmany Ngoy Dioko.

1er mai : le PCA Emmany Ngoy Dioko honore les agents et cadres du...

Sous le thème « Promouvoir le travail décent dans un monde en mutation », le monde entier a célébré ce mercredi 1er mai 2024 la journée internationale des travailleurs. En RDC, cette journée placée sous le thème national « Paix et sécurité, gage de la promotion de l’emploi », a été célébrée avec faste. Particulièrement au sein du Fonds de promotion culturelle, où les agents et cadres se sont réunis dans la salle Le Chandelier dans la commune de Kasa Vubu, pour célébrer ensemble cette fête. Sur place, les travailleurs du FPC ont été honorés par la présence remarquable du président du conseil d’administration de cet établissement de l’État, le Docteur EMMANY NGOY DIOKO.