UNIKIN : l’ouvrage “ l’holocauste au Congo : L’omerta de la communauté internationale ?” de Charles Onana au cœur d’une discussion scientifique

Partager

L’Université de Kinshasa (UNIKIN) a organisé, samedi 16 mars dernier, dans sa prestigieuse salle de conférence Monokosso, une conférence-débat axé sur le thème : « Holocauste au Congo, les raisons du silence de la communauté internationale ». Présent à cette manifestation, Charles Onana, auteur de l’ouvrage dont son titre a fait l’objet de ladite activité scientifique, a sensibilisé et encouragé les Congolais à se lever pour mettre fin à la guerre de l’Est de la RD. Congo.

En effet , cette conférence s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de Burundi, des sénateurs, députés, professeurs, du corps académique et scientifique, des chercheurs et étudiants de cet alma mater.

Dans son mot de circonstances, le recteur de l’UNIKIN, le professeur Jean-Marie Kayembe Ntumba a souligné qu’il est temps pour les Congolais de se tenir debout enfin de rechercher la paix dans la partie de l’Est du pays et de répondre à l’appel du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

« Il est temps que l’Est de la République démocratique du Congo connaisse enfin la paix. Cette paix sera possible lorsque, comme un seul homme, nous allons croire à nous-mêmes, nous allons croire à notre cohésion, nous allons répondre à l’appel du Président de la République, son Excellence Monsieur Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui veut que les Congolais se prennent en charge », a-t-il déclaré.

La violence et la barbarie humaine

Il a présenté Charles Onana comme le patriote qui fait vivre au Congo les actes que connaissent absolument les compatriotes qui vivent à l’Est du pays. « Plus de millions de morts, des femmes violées, des enfants qui parcourent de kilomètres… Tout cela à cause des richesses dont le Seigneur a chargé ou à donné à ce peuple congolais. La convoitise du milieu du monde de l’extérieur fait que se soulève contre nous les voisins. Alors que tout ce que nous cherchons, c’est la paix et éventuellement la coexistence totalement pacifique« , a-t-il révélé.

A l’en croire, Charles Onana est un véritable patriote qui vient de la France pour réveiller la jeunesse congolaise. « Charles Onana a plusieurs ouvrages qui portent sur notre pays éventuellement sur l’Est de la République qui, depuis plus de 30 ans, vit la violence et la barbarie humaine « , a-t-il poursuivi.

En effet, il a été convaincu que l »Université a répondu à un appel qui consiste à porter à cœur la situation de l’Est de la République.Le professeur Tazi, de la faculté des relations internationales de la dite université, dans sa prise de parole, a indiqué que le travail réalisé par Charles Onana est « un travail de terrain et d’un vrai africain ». Avant de rassurer à cet auteur que la RD. Congo lui sera reconnaissant pour cette œuvre.La guerre vertePour lui, la guerre en RDC est un problème récurrent qui dure depuis plus de 30 ans. Il a renseigné que cette guerre d’agression est portée par un groupe d’acteurs instrumentalisé par le Rwanda avec le mouvement ADF, CODECO, AFDL etc. De cet effet, il a indiqué que le livre « Holocauste au Congo : l’omerta de la communauté internationale » de Charles Onana permet de nommer la situation au Congo comme « la guerre verte ». »C’est à cause de cette guerre verte que l’on peut comprendre l’omerta dont parle l’auteur. C’est à cause de ce que nous avons comme richesse, s’il faut le dire, les minerais qu’on utilise dans l’électronique que l’on voit les bébés pilés, des femmes violées,… », a-t-il expliqué.Au cours de cette conférence-debat, il a dévoilé que le travail présenté par Charles Onana tente de mobiliser l’élite scientifique populaire, parce que soutient-il, « Eza likambo ya mabele » (en français, c’est une question de la servie du pays).Parlant de la présentation de l’ouvrage de Charles Onana, professeur Kabongo Malu a fait comprendre que Charles Onana est un politologue, journaliste d’enquête, essayiste et éditeur franco-camerounais.Ensuite, il a indiqué que depuis 2002, Charles Onana a publié sept livres concernant la région des Grands Lacs et les drames qui l’ont traversée. Hormis l’ouvrage de l’Holocauste au Congo : L’omerta de la communauté internationale, ce bravoure professeur a cité quelques ouvrages de Charles Onana notamment, Rwanda, la vérité sur l’opération Turquoise, Bokassa, Vie et dernières confidences et l’Enquêtes sur un attentat – Rwanda, etc.Prenant la parole, Charles Onana, auteur de l’ouvrage « Holocauste au Congo : L’omerta de la communauté internationale ? », a, tout d’abord, révélé les deux événements qui lui ont poussé à s’intéresser à la situation des pays des Grands Lacs. Il s’agit de la mort de deux Chefs de l’Etat, qui ont été tués le 6 avril 1994, en Rwanda. Il a signalé qu’il a réalisé cet ouvrage avec son ami Tutsi, Déo Mushayidi qui, en 2002, a été désigné par Paul Kagame comme le probable organisateur de l’attentat du 6 avril 1994 dans lequel le Président rwandais, Juvénal Habyarimana et le Président burundais, Cyprien Ntaryamira sont tués et qui marque le début du génocide.Pour bien étaler sa pensée sous-jacente de son ouvrage, l’écrivain franco-camerounais s’est appuyé de la réflexion de Cheikh Anta Diop : « L’Afrique devrait sur des thèmes controversés être capable d’accéder à sa vérité par sa propre investigation intellectuelle et se maintenir à cette vérité jusqu’à ce que l’humanité sache que l’Afrique ne sera plus frustrée, que les idéologies perdront leur temps, parce qu’ils auront rencontrés des intelligences égales qui peuvent leur tenue tête sur le plan de la recherche de la vérité. « Pour réaliser son présent ouvrage, Charles Onana s’est appuyé sur des sources officielles, notamment des documents de la CIA, du Pentagone, de la Maison Blanche, de l’Elysée et de l’Union européenne.Il a, par ailleurs, expliqué que ces archives contiennent des preuves de nature et se renseigne sur les circonstances des atrocités commises par le Rwanda sur le sol congolais et qui ont pris une ampleur démesurée depuis 1994.S’agissant du but de son ouvrage, il a fait savoir que l’Holocauste au Congo : L’omerta de la communauté internationale ?, est un ouvrage qui a pour vocation de rompre le silence qui entoure les millions de morts au Congo et ce silence est assourdissant parce que depuis 30 ans, le Congo est resté submergé par un afflux de réfugiés venant du Rwanda sur son territoire.

« C’était sans compter qu’un plan a été conçu par de grandes puissances, notamment les Etats-Unis, le Rwanda et l’Ouganda. Puisque la crise a commencé par le Rwanda et ceux qui ont pris le pouvoir au Rwanda venaient de l’Ouganda. Paul Kagame et ses troupes étaient des éléments de l’armée régulière ougandaise. Ils avaient aidé Museveni à prendre le pouvoir en 1986. Après cette période, ils ont décidé de prendre le pouvoir, de renverser le président Habyarimana en 1994. Deux ans après, ils ont décidé de rentrer sur le territoire congolais pour renverser le maréchal Mobutu. Tout cela était organisé, programmé », a-t-il fait savoir.

Et de poursuivre : « Plus de 10 millions de morts, 500 000 femmes congolaises violées… et toujours le silence. Entre avril et juillet 1994, la République Démocratique du Congo alors Zaïre, a été envahie par un afflux de réfugiés rwandais et depuis lors, elle est constamment attaquée et pillée par des troupes venues du Rwanda et de l’Ouganda. »

Hénoc Akano

Articles similaires

RDC : le gouvernement Suminwa  prévoit un budget quinquennal de 18 milliards USD pour...

Douze jours après son dévoilement, le gouvernement Judith Suminwa vient d'être investi officiellement. C'était au cours d’une plénière inaugurale de ce mardi 11 juin 2024 par les élus nationaux. 

Kasaï central – Exetat : avec ses 30 millions des francs, le député national...

Kasaï central - Exetat : avec ses 30 millions des francs, le député national Aldos Tshitoko supporte les frais de participation de 300 élèves à Dibaya

Guerre en RDC : faute des affrontements FARDC-M23, le CICR suspend son aide aux...

C'est via un communiqué officiel rendu public ce mardi, que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé la suspension depuis le 30 mai 2024, de sa distribution d’aide alimentaire en faveur des personnes déplacées installées sur l’axe Kanyabayonga – Burangiza et Bulindi dans la chefferie Bwito-Rutshuru, territoire de Lubero, au nord de la province du Nord-Kivu.