Situation sécuritaire à l’Est : Lise Itooma propose « une visioconférence publique entre les chefs d’états respectifs accompagnée de témoins diplomatiques »

Partager

Malgré les rapports internationaux confirmant à l’unanimité le soutien tant matériel que financier du Rwanda au Mouvement terroristes du M23, la situation d’insécurité qui se vit dans l’Est de la République Démocratique du Congo demeure intacte. Face au laxisme et le mutisme de la communauté internationale quant à fléau, la RDC est appelée à déclarer la guerre contre le Rwanda afin de couper court à cette hémorragie des pertes de vies des congolais, déclenchées par Paul Kagame par l’entremise du Mouvement terroristes du M23.

Avant la levée de cette option militaire contraint par la constitution en cette situation de transition des nouvelles institutions, le rapporteur national de la ligue des femmes de l’ACP, parti membre de l’Union sacré, Lise Itooma suggère qu’une discussion diplomatique public, et ce, en vidéo conférence, entre le président congolais, Félix Antoine Tshisekedi et celui du Rwanda est envisageable.

« Étant donné l’incapacité constitutionnelle à agir militairement mais bien dans la capacité de réagir par la mise en place d’une défense militaire adéquate. Une suggestion d’ un échange en visioconférence public entre le chef de l’état de la RDC et son homologue adversaire tel que cela s’est produit entre le président Russe et Américain malgré le climat de haute tension », a fait savoir Lise Itooma, analyste économique,  politique et rapporteur de la ligue de femmes du parti ACP.

Appuyant sa proposition, cette  actrice politique estime qu’au regard du stationnement de troupes massées aux abords des frontières congolaises, qui du reste laisse planer la menace d’une invasion à grande échelle, cette éventuelle visioconférence accompagnée des témoins des pays ayant conclu des accords militaires viserait une négociation diplomatique en vue d’obtenir des garanties durables sur la situation à l’est de la République démocratique du Congo.

Une façon, selon elle, de donner le temps à la RDC afin de s’institutionnaliser. A contrario, ajoute-t-elle, la possibilité de passer à l’offensive au moment opportun.

En outre, Lise Itooma a également fait remarquer que « Si les hostilités éclatent d’avantages, quel que soit celui qui aura tiré en premier, la RDC ne souhaite pas être tenu pour responsable mais bien pour avoir fait usage de la légitime défense », avant de  souhaiter la paix en RDC.

Samuel Nakweti

Articles similaires

NORD-KIVU : 5 morts après l’explosion de plusieurs obus largués par les M23 à...

Apres l'echec des plusieurs tentatives des M23 pour  conquérir la commune de Kanyabayonga, partie sud du territoire de Lubero, bloqué suite à la résistance des forces loyalistes, soutenue par les jeunnes patriotes dits Wazalendo, ces terroristes ont lancé une nouvelle attaque qui a fait plusieurs victimes dans cette région. 

Kinshasa : des policiers non en service interdits de circuler avec les armes pour...

Kinshasa : des policiers non en service interdits de circuler avec les armes pour ces raisons

Coup d’État raté à Kinshasa : un des assaillants parle de Vital Kamerhe comme...

Coup d'État raté à Kinshasa : un des assaillants parle de Vital Kamerhe comme «cible d’attaque»