Attaques du M23 au Camp de déplacés de Mugunga : le Gouvernement promet de saisir le Conseil de sécurité !

Partager

Le Premier ministre sortant, Chef du Gouvernement, Jean-Michel Sama Lokonde Kyenge a présidé, vendredi 3 mai dernier, à la cité de l’Union Africaine, la cent trente-quatrième réunion ordinaire du Conseil des ministres du Gouvernement de la République. Au cours de cette réunion ministérielle, le Gouvernement a promis de saisir le Conseil de sécurité pour dénoncer ce crime macabre, crime de guerre, crime contre l’humanité.

Avant tout, le Premier ministre sortant, Jean-Michel Sama Lokonde a fait observé une minute de silence en mémoire des compatriotes et des enfants fauchés, le matin du 3 mai 2024, par la folie meurtrière de l’armée rwandaise et ses supplétifs du M23 qui ont bombardé le Camp des déplacés de Mugunga à Goma, en faisant ainsi plusieurs morts. 

Dans son speech, il a indiqué que cette attaque d’un objectif civil n’est pas la première du genre et s’inscrit dans une stratégie de plonger dans la terreur la population du Nord-Kivu.

“Le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères a été chargé de saisir, à travers notre représentation à New-York le Conseil de sécurité pour dénoncer ce crime macabre, crime de guerre, crime contre l’humanité ”, a-t-il déclaré.

En abordant le sujet relatif aux élections des sénateurs et des gouverneurs, le Chef du Gouvernement a approuvé que le Gouvernement a suivi avec attention l’élection des Sénateurs et des Gouverneurs organisée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le lundi 29 avril 2024, dans les différentes provinces du pays où cet exercice démocratique était programmé. 

En outre, Jean-Michel Sama Lokonde a tenu à rassurer que le Gouvernement demeure fermement engagé à accompagner l’organisation de l’élection des Sénateurs dans les Provinces du Maï-Ndombe et du Nord-Kivu, ainsi que celle du Gouverneur dans la Province du Maï-Ndombe, suivant le programme mis à jour et publié par la CENI. Et ce, avant d’ajouter : “La poursuite de l’organisation de ce cycle électoral consacre le renforcement de la légitimité de nos institutions et la maturité du Peuple congolais”.

S’agissant de la situation sécuritaire, le Vice-premier ministre, ministre de la Défense Nationale et Anciens Combattants, Jean-Pierre Bemba a présenté au Conseil son rapport sur la situation sécuritaire du pays. Il a mis en exergue les opérations de contre-attaque et de défense du territoire national menées par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo contre la coalition M23/RDF qui, d’une part, se renforcent en effectifs et en armements en provenance du Rwanda par différents points frontaliers dont Kibumba, Kabuhanga et le Parc National des Virunga.

A l’en croire, à l’Ouest, la situation demeure sous contrôle et marquée par la poursuite des opérations Ngemba en vue d’éradiquer l’activisme des assaillants Mobondo. Il a fait savoir au Conseil que les différentes zones de défense sont plus que déterminées à assurer la paix de nos populations, et l’intégrité du territoire national.

La Rédaction

Articles similaires

Gouvernorat de Maï-Ndombe : l’UDPS placée devant ses responsabilités

La confirmation de Nkoso Kevani Lebon comme Gouverneur de province de Maï-ndombe, par la Cour d'appel, étonne la population de cette province qui se dit être trahi par le verdict tombé en début de soirée de vendredi 7 juin 2024, à la suite de la requête en contestation du candidat Aimé Pascal Mongo Lokonda.

Composition des cabinets ministériels de l’UDPS/Tshisekedi :  » Les listes seront envoyées dans les...

Le Secrétaire Général de l’Union pour la démocratie et le progrès Social, UDPS Tshisekedi, l'Honorable Augustin Kabuya s’est entretenu le dimanche, 16 juin, avec la base du parti à la permanence de la 11e rue Limete.

Firmin Mvonde appelé à poursuivre les auteurs des pratiques déviantes à caractère sexuel et...

Le ministre de la justice et garde des sceaux, Constant Mutamba vient d'instruire, ce samedi 15 juin, le Procureur Général près la Cour de cassation d'engager des poursuites contre les personnes qui font l'apologie de l'homosexualité en RD-Congo.