Appel à l’action : investir dans la santé pour lutter contre la tuberculose en RDC

Partager

Une population en bonne santé est la pierre angulaire d’une nation prospère est stable. Investir dans la santé et un investissement pour l’avenir de l’ensemble du pays. C’est ainsi qu’à l’initiative de la Task Force Régional des parlementaires pour la mobilisation des ressources domestiques alloué à la santé en Afrique, l’honorable Dieudonné Mposhi, député national élu de LUBAO, dans sa peau de Président du réseau parlementaire de lutte contre le paludisme, la Tuberculose et le VIH-Sida en République Démocratique du Congo, exhorte les congolais à se mobiliser commun un seul homme et de s’investir à fond pour combattre la tuberculose sur l’ensemble du pays. Dans sa lettre à découvrir ci-dessous, cet élu du peuple a appelé à un engagement et à une solidarité sans faille, ainsi pour faire en sorte que la RDC soit exemptée de tuberculose. « Il est temps d’agir. Investissons dans la santé de nos concitoyens, ce qui constitue un investissement dans l’avenir de notre pays. Ensemble, nous pouvons mettre fin à la tuberculose et nous le ferons en investissant dans les soins de santé, en donnant la priorité à la prévention et au traitement et en encourageant l’innovation dans la recherche et le développement sur la tuberculose pour construire un avenir sans tuberculose », a-t-il insisté.

Ci-dessous, découvrez l’intégralité du document

Appel à l’action : Investir dans la santé pour lutter contre la tuberculose en République Démocratique du Congo (RDC)
La Journée mondiale de la tuberculose n’est pas seulement l’occasion de visualiser les défis auxquels nous sommes confrontés, mais aussi de célébrer les progrès significatifs que nous avons accomplis dans la lutte contre la tuberculose en République Démocratique du Congo (RDC). Nos efforts dévoués et notre détermination collective ont donné des résultats encourageants, reflétant la résilience de notre nation et son engagement inébranlable à éradiquer cette maladie périlleuse. C’est avec une profonde reconnaissance que nous saluons le travail acharné des professionnels de la santé, des travailleurs communautaires et de toutes les parties prenantes qui ont joué un rôle déterminant dans notre lutte contre la tuberculose. Leur dévouement a été la pierre angulaire de nos progrès et nous leur en sommes immensément reconnaissants.


Des statistiques récentes mettent en évidence à la fois nos réalisations et les défis qui nous attendent. Malgré la baisse mondiale de l’incidence de la tuberculose de 8,7 % entre 2015 et 2022, il reste urgent d’accélérer nos efforts. Rien qu’en 2021, 216 690 de personnes dont 120 724 hommes, 92 498 femmes et 26 550 enfants en République Démocratique du Congo (RDC) ont contracté la tuberculose. Ces chiffres soulignent le besoin crucial d’une intervention solide et d’un financement durable pour combler le fossé en matière de soins et de prévention de la tuberculose.
En République Démocratique du Congo (RDC)
la tuberculose touche de manière disproportionnée les populations les plus vulnérables, creusant les inégalités qui frappent notre société. L’interaction de la tuberculose avec des facteurs de risque tels que la malnutrition, le VIH et l’abus d’alcool exige une approche holistique de la santé qui s’attaque à ces déterminants sous-jacents. L’impact économique de la tuberculose est également important, avec des pertes de productivité significatives et une augmentation des coûts des soins de santé, ce qui pèse encore plus sur nos ressources déjà limitées. Toutefois, grâce à des investissements ciblés dans les soins de santé, en particulier dans la prévention, le diagnostic et le traitement de la tuberculose, nous pouvons changer la donne. En renforçant nos systèmes de santé, nous pouvons garantir un accès rapide à des soins de qualité pour tous, quel que soit leur statut socio-économique, et nous rapprocher de notre objectif d’éradiquer la tuberculose dans notre pays.


En allouant des ressources adéquates à la lutte contre la tuberculose, nous investissons dans le bien-être de notre population et jetons les bases d’une croissance économique et d’un développement soutenu. Il est impératif que nous augmentions notre budget de santé, en particulier pour les programmes de lutte contre la tuberculose, afin de fournir les outils et les ressources nécessaires pour lutter efficacement contre cette épidémie.
Investir dans la santé n’est pas seulement une dépense, c’est un investissement dans l’avenir de notre pays. Une population en bonne santé est la pierre angulaire d’une nation prospère et stable. L’engagement communautaire et la sensibilisation du public sont essentiels dans notre lutte contre la tuberculose. Nous devons travailler ensemble pour dissiper les mythes et les idées fausses sur la tuberculose, encourager les mesures préventives et promouvoir le diagnostic précoce et l’observance du traitement. Ce n’est que par une action collective que nous pourrons espérer relever les défis posés par la tuberculose.
Cette journée nous donne l’occasion de réaffirmer notre engagement à éradiquer cette maladie de notre pays. Le thème de la Journée mondiale de la tuberculose de cette année, « Oui, nous pouvons mettre fin à la tuberculose », souligne la nécessité absolue d’augmenter les fonds et les ressources consacrés à la lutte contre la tuberculose. C’est un appel à l’action pour toutes les parties prenantes, y compris les communautés, les gouvernements, le secteur privé, la société civile et les partenaires internationaux, afin qu’ils s’unissent et intensifient leurs efforts pour combattre cette maladie mortelle. En tant que membre de la commission sociale et culturelle, Députe national élu de la circonscription électorale de LUBAO, Président du réseau parlementaire de lutte contre le paludisme, la Tuberculose et VIH-Sida, j’appelle les dirigeants de ce pays à reconnaître le besoin urgent d’investissements substantiels
Avec un engagement et une solidarité sans faille, nous pouvons faire en sorte qu’en République Démocratique du Congo (RDC) soit exempt de tuberculose. Il est temps d’agir. Investissons dans la santé de nos concitoyens, ce qui constitue un investissement dans l’avenir de notre pays. Ensemble, nous pouvons mettre fin à la tuberculose et nous le ferons en investissant dans les soins de santé, en donnant la priorité à la prévention et au traitement et en encourageant l’innovation dans la recherche et le développement sur la tuberculose pour construire un avenir sans tuberculose.
C’est notre appel à l’action. Saisissons cette occasion d’avoir un impact durable, en garantissant un héritage de bonne santé, de vitalité et d’espoir pour tous les citoyens de la République Démocratique du Congo (RDC). Ensemble, nous pouvons inverser la tendance contre la tuberculose.
MPOSHI KIBAMBE Dieudonné, Députe national, Président du réseau parlementaire de lutte contre le paludisme, la Tuberculose et VIH-Sida en République Démocratique du Congo.
La Task Force Régional des parlementaires pour la mobilisation des ressources domestiques alloué à la santé en Afrique.

Articles similaires

Kinshasa : PNLP et ISA renforcent les capacités de 29 journalistes membres du groupe...

Le paludisme reste la première cause de morbidité, de mortalité et d’hospitalisation en République démocratique du Congo, mais surtout pour les enfants de 0 à 5 ans ainsi que les femmes enceintes. Depuis quelques années, la RDC figure sur la tête d’affiche des pays les plus palustres. Elle est deuxième en Afrique et troisième au monde après l’Inde et le Nigeria.

Haut-Katanga : Ouverture de la revue annuelle des activités de lutte contre le VIH/SIDA...

Ouverture ce lundi 13 mai 2024 par le Ministre Provincial de la Santé du Haut-Katanga, le Professeur Docteur Joseph Nsambi Bulanda des assises de la revue annuelle des activités de lutte contre le VIH SIDA 2023 organisées à Lubumbashi. le Programme National de Lutte contre le SIDA, PNLS avec SI PEPFAR sont des partenaires qui ont financé pour la réussite de cette activité. Tenue du 13 au 17 mai soit 5 jours ouvrables, cette revue réunit toutes les 26 Provinces congolaises pour réfléchir sur les stratégies d'éradiquer le VIH SIDA d'ici à 2030 en République Démocratique du Congo en général.

En RDC, l’implication de la femme et la promotion du genre figurent parmi les...

Le paludisme reste l'une des principales causes de décès en Afrique précisément en République démocratique du Congo, touchant particulièrement les femmes et les enfants. Les femmes sont souvent responsables des soins familiaux et sont donc plus exposées à la maladie. De plus, les inégalités du genre limitent l'accès des femmes aux services de santé et à l'éducation sur la prévention du paludisme.