Santé : résurgence de Monkeypox dans la province du Sud-Kivu

Partager

C’est depuis près d’une semaine que des nouveaux cas de maladies de Monkeypox ont été enregistrés dans la province du Sud-Kivu. En effet, ce coin du pays fait face à de nouvelles contaminations de la variole de singe dans plusieurs zones de santé et on enregistre déjà , plus d’une dizaine de cas confirmés dans la zone de santé de Kamitunga, dans le territoire de Mwenga.

D’après Begeya Justin, responsable du bureau de l’information sanitaire et surveillance épidémiologique de la division provinciale de la zone de santé de sud-kivu, plus de 170 cas sont déclarés positifs au monkeypox dont 2 décès.

« Effectivement, à Kamituga, la population ne cesse d’être contaminée par cette épidémie. Avec nos partenaires, nous continuons la mobilisation pour trouver des solutions exactes pouvant nous aider à lutter efficacement contre la variole du singe. Actuellement, nous avons enregistré 175 cas », fait-il savoir.

En rappel, au mois d’octobre 2023, la suspension des activités de chasse dans la province du Sud-kivu avait été annoncée par la coordination provinciale de l’environnement et du développement durable de cette province pour prévenir la propagation du Monkeypox, à l’issue de la confirmation de plusieurs cas dans la région. cette mesure visait à réduire le risque de contact entre les humains et les animaux infectés qui en sont des vecteurs.

Il faut noter aussi que d’après le rapport de l’OMS de fin d’année 2023, la province du Sud-Kivu est l’une de province où le Monkeypox ne cesse de se propager. 

Enfin, selon le ministère national de la santé en RDC , le bilan de cette maladie est de 12. 569 cas suspects reconnus positifs dont 581 décès enregistrés sur toute l’étendue du pays.

Japhet Punzu

Articles similaires

Kinshasa : PNLP et ISA renforcent les capacités de 29 journalistes membres du groupe...

Le paludisme reste la première cause de morbidité, de mortalité et d’hospitalisation en République démocratique du Congo, mais surtout pour les enfants de 0 à 5 ans ainsi que les femmes enceintes. Depuis quelques années, la RDC figure sur la tête d’affiche des pays les plus palustres. Elle est deuxième en Afrique et troisième au monde après l’Inde et le Nigeria.

Haut-Katanga : Ouverture de la revue annuelle des activités de lutte contre le VIH/SIDA...

Ouverture ce lundi 13 mai 2024 par le Ministre Provincial de la Santé du Haut-Katanga, le Professeur Docteur Joseph Nsambi Bulanda des assises de la revue annuelle des activités de lutte contre le VIH SIDA 2023 organisées à Lubumbashi. le Programme National de Lutte contre le SIDA, PNLS avec SI PEPFAR sont des partenaires qui ont financé pour la réussite de cette activité. Tenue du 13 au 17 mai soit 5 jours ouvrables, cette revue réunit toutes les 26 Provinces congolaises pour réfléchir sur les stratégies d'éradiquer le VIH SIDA d'ici à 2030 en République Démocratique du Congo en général.

En RDC, l’implication de la femme et la promotion du genre figurent parmi les...

Le paludisme reste l'une des principales causes de décès en Afrique précisément en République démocratique du Congo, touchant particulièrement les femmes et les enfants. Les femmes sont souvent responsables des soins familiaux et sont donc plus exposées à la maladie. De plus, les inégalités du genre limitent l'accès des femmes aux services de santé et à l'éducation sur la prévention du paludisme.