Kinshasa : la jeunesse face au maintien de la paix en période postélectorale, son implication à la gestion des contentieux électoraux et l’impact sur l’avenir du Congo au centre d’une activité organisée par HABARI RDC 

Partager

C’était un colloque aux allures d’une séance évaluative sur la participation des jeunes au processus électoral en République démocratique du Congo. Le “Face aux jeunes” de ce mercredi 31 janvier 2024 organisé par Habiri RDC et ses partenaires dont notamment Internews et le cabinet du Chef de l’État en matière de la jeunesse, aura été une occasion qui a permis d’identifier ensemble les failles et limites des jeunes au cours des récentes élections. Comme l’a bien souligné au cours de ce colloque Eddy Yav, l’un des membres du cabinet du président de la République qui s’occupe des questions des jeunes, de la lutte contre les violences faites à la femme et la traite des personnes, cet exercice a également été initié dans le but de faire parvenir au Président de la République les desideratas des jeunes en ce qui concerne leur participation politique.

Placée sous le thème : « Rôle et implication de la jeunesse dans le maintien de la paix en période postélectorale : gestion des contentieux électoraux et leur impact sur l’avenir économique et politique de la RDC », l’activité a connu la présence remarquable de la conseillère du Chef de l’État en matière de la jeunesse. Dans son message devant les jeunes qui ont pris d’assaut la salle du congrès du palais de la Nation, choisi comme cadre pour la circonstance, Mme Chantal Yelu Mulop a introduit son mot par des félicitations adressées particulièrement aux jeunes qui osent se créer un chemin pour se trouver une place dans les sphères décisionnelles du pays. Ce, en dépit des entraves subsistantes qu’ils rencontrent. 

Poursuivant son allocution, Mme la conseillère a interpellé les jeunes afin qu’ils prennent conscience et qu’ils usent les avantages qu’ils bénéficient grâce notamment aux instruments juridiques mis à leur disposition comme tremplin pour revendiquer leur droit dans la gestion de la chose publique : «Je tiens à vous rappeler que vous devez vous battre dans la vie et sur les scènes politiques particulièrement, car il n’y a aucun cadeau pour personne, encore moins pour vous. Nous avons mis à votre disposition tous les instruments juridiques nécessaires afin que vous puissiez trouver de l’espace au sommet comme ont fait des femmes, qui avant 2019 étaient représentées à moins de 11 % dans les sphères décisionnelles et aujourd’hui, elles sont à près de 35 % de représentativité à de divers organes de décision. Ces efforts sont le fruit d’une dynamique d’engagement tous azimuts, et qui ont comme conséquence une position favorable en leur faveur. C’est un modèle d’engagement à suivre, car la vie appartient aux courageux ». 

Zoom sur les élections 2023 et la participation politique des jeunes 

Sur place, après un exercice d’échanges directs avec les jeunes qui ont fait savoir leurs réalités et leurs desiderata, la conseillère du Président de la République a noté plusieurs difficultés ayant été à la base de l’échec de la plupart des jeunes aux élections. Il s’est agi, selon la Mme la conseillère de : “ le manque de moyens financiers et matériels ; la non-atteinte du seuil d’éligibilité ; l’absence de préparation ; la mauvaise communication électorale, le manque de vision claire dans la question électorale ainsi que d’autres obstacles et contraintes non élucidés”.

Elle a, à ce propos, encouragé les jeunes qui ont osé dans cette aventure électorale, mais qui n’avaient pas eu des résultats satisfaisants à ne pas lâcher, mais plutôt de se servir de cette expérience pour corriger les erreurs en vue des prochaines échéances. 

« Je félicite tous ces jeunes qui ont osé, qui ont essayé… Cela n’est pas une perte de temps d’autant plus que pendant la campagne, l’on découvre des réalités des populations pour lesquelles on disait être le porte-parole ou organe délibérant », a-t-elle déclaré.

Plus jamais ça !

La conseillère du Chef de l’État est revenue sur certains actes indécents signalés à la suite de la publication des résultats provisoires des élections législatives nationales, provinciales et municipales. Elle appelle les jeunes à changer d’habitudes pour revendiquer et à le faire selon qu’il est prévu par les textes.

« À la publication des résultats provisoires des élections législatives nationales, provinciales et municipales, nous avons vu quelques dégâts çà et là se produire par des jeunes, souvent manipulés, protestant la réalité de ces résultats allant même à des actes de vandalisme graves. Cela devrait interpeller chaque personne, en particulier vous les jeunes, car tout ce que vous détruisez aujourd’hui, vous en aurez besoin demain. D’où chaque leader partout où il se trouve à l’obligation de véhiculer un message pacifique et de cohésion afin que chacun joue pleinement son rôle tel qu’il se doit », a-t-elle conseillé. 

En somme, il était question au cours de ce “Face aux jeunes ” d’écouter les jeunes et d’évaluer les limites qui les entourent, savoir là où ils n’ont pas réussi et voir ce que le pouvoir politique peut donner en retour pour qu’ils accèdent à des postes de responsabilité les plus accrus. 

Fidel Songo 

Articles similaires

Kasaï-Central : les journalistes interdits de la couverture de l’Examen d’État à Luiza, une...

Les journalistes ont été empêchés d'accéder aux centres d'examen de l'Exetat session ordinaire à Luiza, dans la province éducationnelle du Kasaï-Central 2. L'inspecteur principal provincial a refusé l'accès aux professionnels de l'information, violant ainsi le code d'éthique et de déontologie journalistique en vigueur en RDC.

Firmin Mvonde appelé à poursuivre les auteurs des pratiques déviantes à caractère sexuel et...

Le ministre de la justice et garde des sceaux, Constant Mutamba vient d'instruire, ce samedi 15 juin, le Procureur Général près la Cour de cassation d'engager des poursuites contre les personnes qui font l'apologie de l'homosexualité en RD-Congo.

Ituri : plusieurs enfants, abandonnés innocemment par leurs parents à Mambasa !

Plusieurs enfants sont ces derniers temps délaissés par leurs parents dans la rue et souvent ramassés par des personnes de bonne volonté et éléments des forces l'ordre dans la cité de Mambasa chef-lieu du territoire portant le même nom, dans la province de l'Ituri.