RDC : les contestataires de l’élection présidentielle appelés à présenter des procès verbaux endéans deux jours !

Partager

Les contestataires des résultats provisoires confirmant la réélection de Félix Tshisekedi à la présidentielle du 20 décembre dernier en République démocratique du Congo (RDC) ont deux jours pour déposer leurs requêtes à partir d’aujourd’hui, selon l’article 73 de la loi électorale.

D’après l’ancien juge de la cour constitutionnelle, le professeur Banyaku Luape, ce délai bien que court en termes de rassemblement et de composition des dossiers, permet à la cour constitutionnelle de ne pas bloquer le fonctionnement normal de l’État.

« La cour constitutionnelle fait face à des contraintes de temps. Si le dépôt des requêtes était fixé à 10 jours ou plus, par exemple, ce serait un grand blocage à la fois pour le président de la République et pour les mécanismes de fonctionnement de l’État. Donc, ce délai est logique pour éviter le vide du pouvoir présidentiel », a-t-il déclaré à un média local.

Selon lui, pendant tout le processus, les requérants peuvent avoir rassemblé toutes les irrégularités pour lesquelles ils estiment que l’élection n’a pas été crédible, soit qu’elle a été entachée de fraudes.

« Le calendrier électoral est très serré. Ce qui importe pour l’élection présidentielle, c’est l’examen des requêtes fondées essentiellement sur les erreurs matérielles, les erreurs de transcription ou simplement les violences. Deux jours pour les réunir suffisent », précise Banyaku Luape.

Avant de rajouter : « Dès que la requête est introduite, elle est transmise au rapporteur de la cour constitutionnelle dans une plénière. Celui-ci examine les griefs soulevés par le requérant sur la base des preuves et des procès-verbaux, qui peuvent constituer les éléments matériels d’une requête ».

D’après lui, les requérants doivent se procurer des procès-verbaux sur la base desquels la CÉNI a publié les résultats par circonscription, ce qui n’avait pas été fait lors des processus précédents. Il estime par ailleurs que les contestataires de cette échéance électorale auraient un avantage par rapport à ceux des échéances passées, dans la mesure où les résultats ont été publiés par bureau de vote. Beaucoup de requêtes peuvent donc, pense-t-il, se baser sur les dénonciations de l’absence des témoins dans les bureaux de vote lors du comptage des voix, comme révélé par certaines missions d’observation électorale.

Rappelons que, Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Denis Mukwege et six autres candidats à la présidentielle avaient contesté les résultats et appelé le peuple à des manifestations de rue pour exiger l’annulation des élections, dans une déclaration faite le dimanche dernier. Ils n’entendent nullement saisir la haute cour, malgré les appels d’usage des voies légales en cas de contestation, lancés notamment par les États-Unis.

Japhet Punzu

Articles similaires

RDC/Désignation d’un porte-parole unique de l’opposition : Katumbi et Muzito font bloc !

Moïse Katumbi et Adolphe Muzito, deux leaders de l’opposition congolaise, s'accordent dans leurs langages en vue de la désignation d’un porte-parole de l'opposition. Les deux politiciens envisagent de former dans un futur proche un bloc à eux seuls pour le compte de l’opposition afin de faire respecter la loi. 

RDC : le gouvernement Suminwa  prévoit un budget quinquennal de 18 milliards USD pour...

Douze jours après son dévoilement, le gouvernement Judith Suminwa vient d'être investi officiellement. C'était au cours d’une plénière inaugurale de ce mardi 11 juin 2024 par les élus nationaux. 

Kasaï central – Exetat : avec ses 30 millions des francs, le député national...

Kasaï central - Exetat : avec ses 30 millions des francs, le député national Aldos Tshitoko supporte les frais de participation de 300 élèves à Dibaya