RDC : la coordination de la médecine traditionnelle reçoit le feu vert du ministère de la justice et garde des sceaux !

Partager

À travers un arrêté ministériel signé, le mercredi 21 octobre 2023, par la ministre de la Justice et Garde des sceaux, la coordination nationale de la médecine traditionnelle a reçu l’ordre de travailler pour réguler le secteur de la santé.

Cet organe de répression du ministère de la santé publique dans le secteur de la médecine traditionnelle peut désormais fonctionner comme une entité qui va sanctionner les hors-la-loi qui s’aventurent depuis un moment dans ce secteur.

Le coordonnateur national de ladite structure, André Ngebi Sadisa a dans ses mots dévoilé les missions qui sont maintenant confiées à cet organe

« Accompagner le Gouvernement à identifier les tradi-praticiens dans son ensemble, Faire l’inspection et le contrôle des licences de l’art de guérir à travers la médecine traditionnelle, et l’autorisation d’ouvrir des établissements de soin de santé traditionnels signé par le secrétaire général de la Santé Publique, Créer des pools des inspecteurs OPJ/ CR dans les 26 provinces du pays afin de rétablir l’ordre public et éviter les confusions et conflits entre les associations des tradi-praticiens en République Démocratique du Congo » a t-il dit.

Et d’ajouter :

« La population doit savoir que l’État a mis en place cette structure. Le ministre de la Santé a donné un avis favorable pour que le ministre de la Justice nous donne cet arrêté afin que l’inspection puisse fonctionner avec des OPJ pour rétablir l’ordre dans ce secteur, et nous a également demandé de créer des pools des inspecteurs dans les 26 provinces de la République démocratique du Congo », a renchérit le coordonnateur national du CNMTR.

Lionel Kibuluku

Articles similaires

Kinshasa : PNLP et ISA renforcent les capacités de 29 journalistes membres du groupe...

Le paludisme reste la première cause de morbidité, de mortalité et d’hospitalisation en République démocratique du Congo, mais surtout pour les enfants de 0 à 5 ans ainsi que les femmes enceintes. Depuis quelques années, la RDC figure sur la tête d’affiche des pays les plus palustres. Elle est deuxième en Afrique et troisième au monde après l’Inde et le Nigeria.

Haut-Katanga : Ouverture de la revue annuelle des activités de lutte contre le VIH/SIDA...

Ouverture ce lundi 13 mai 2024 par le Ministre Provincial de la Santé du Haut-Katanga, le Professeur Docteur Joseph Nsambi Bulanda des assises de la revue annuelle des activités de lutte contre le VIH SIDA 2023 organisées à Lubumbashi. le Programme National de Lutte contre le SIDA, PNLS avec SI PEPFAR sont des partenaires qui ont financé pour la réussite de cette activité. Tenue du 13 au 17 mai soit 5 jours ouvrables, cette revue réunit toutes les 26 Provinces congolaises pour réfléchir sur les stratégies d'éradiquer le VIH SIDA d'ici à 2030 en République Démocratique du Congo en général.

En RDC, l’implication de la femme et la promotion du genre figurent parmi les...

Le paludisme reste l'une des principales causes de décès en Afrique précisément en République démocratique du Congo, touchant particulièrement les femmes et les enfants. Les femmes sont souvent responsables des soins familiaux et sont donc plus exposées à la maladie. De plus, les inégalités du genre limitent l'accès des femmes aux services de santé et à l'éducation sur la prévention du paludisme.