NORD-KIVU : 14 personnes tuées dans les bombardements des M23 à Kanyabayonga

Partager

14 personnes tuées, 19 blessées dont 4 enfants, tel est le bilan des bombardements en aveuglette durant une semaine dans la commune rurale de Kanyabayonga située a l’extrême sud du territoire de Lubero, près de 140 km de la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu sur la nationale numéro 2.

A en croire la notabilité du territoire de Rutshuru, c’est depuis le lundi 24 jusqu’à ce samedi 22 juin 2024, que les rebelles du M23/RDF sont entrain de lancer des obus sur les civils congolais, après plusieurs échecs sur la conquête de cette commune.

Toutefois, Aime Mbusa Mukanda, notable et défenseur des droits humains de la région, ajoute que cinq autres civils ont été assassinés par ces mêmes terroristes, dans la montagne de Rushihe située entre le groupement Tongo et Bukombo et ces actes selon lui font état d’un génocidaire et interpelle le gouvernement congolais d’accélérer dans ses efforts pour repousser l’ennemi hors d’état de nuire.

Ce défenseur des droits humains déplore aussi le grand silence de la communauté internationale face aux multiples violences commises par les supplétifs de Paul Kagame.

Nzangura Kwavingiston le nègre

Articles similaires

RDC : Guy Kabongo en mission de travail à Kwilu pour s’imprégner de la...

À la suite de la descente du ministre de la Défense nationale Guy Kabombo, à Kwilu, le gouverneur de cette province, Félicien Kiway Mwadi, a présenté et déploré, vendredi 19 juillet, l'insécurité provoquée par les miliciens Mobondo dans le territoire de Bagata. Il a également signalé la résurgence du phénomène Kuluna à travers la province.

BENI : une dizaine des civils tués dans une double incursion ADF à Beni-Mbau

Les terroristes d'Allied Democratic Forces (ADF), ont signé une double attaque dans le secteur de Beni-Mbau, territoire de Beni, en province du Nord-Kivu, dans la matinée de ce mercredi 17 juillet 2024.

Publication du rapport de l’ONU : Kinshasa appelle la communauté internationale à prendre des...

Le gouvernement congolais a, via une correspondance, réagi à la récente publication du rapport des nations unies, sur la situation sécuritaire qui prévaut dans la partie Est de la République démocratique du Congo.