Désengagement de la MONUSCO : les casques bleus chinois plient bagages et quittent la RDC !

Partager

Après plus de 20 ans de service en République démocratique du Congo, les Casques bleus du contingent chinois de la MONUSCO quittent le pays ce mardi 9 avril 2024 selon un communiqué de cette organisation.

La mission onusienne a organisé en leur hommage au camp du contingent chinois d’ingénierie, à la périphérie de Bukavu, une cérémonie pour saluer leur contribution à la consolidation de la paix et de la sécurité dans la province du Sud-Kivu où ils étaient déployés aux côtés de l’armée congolaise.

Le départ des soldats chinois marque une étape importante dans le désengagement de la MONUSCO de la RDC, initié en début de cette année.

Depuis 2003, le contingent chinois a contribué à renforcer les infrastructures de la province grâce à une série de projets, dont l’achèvement de plus de 580 projets d’ingénierie, la réparation de 1 800 kilomètres de routes, la réhabilitation de plus de 80 ponts et la construction de 20 aéroports, a fait savoir le document. Leur contribution a facilité la mise en œuvre du mandat de la MONUSCO dans la région du Sud-Kivu.

La cheffe de la Mission onusienne, Mme Bintou Keita, a dans son propos, exprimé sa profonde gratitude à la République populaire de Chine pour ses Casques bleus déployés au Sud-Kivu, et qui se sont distingués par leur savoir-faire, leur professionnalisme et leur discipline afin de relever un certain nombre de défis dans des conditions parfois très difficiles, a-t-elle déclaré.

« Ils ont considérablement contribué à la paix et à la sécurité en RDC », a-t-elle déclaré.

Mme Bintou Keita a également réitéré l’engagement de la MONUSCO à collaborer avec les autorités congolaises dans l’exécution du plan de désengagement, garantissant un retrait ordonné, responsable et durable de la mission de la RDC.

Elle a par ailleurs expliqué que le désengagement de la MONUSCO du Sud-Kivu ne signifie pas le départ des Nations Unies de la RDC. Mais qu’il représente plutôt une reconfiguration de la présence des Nations Unies pour continuer à soutenir le peuple et le gouvernement de la RDC.

« Après le départ de la Mission de maintien de la paix, les agences, les fonds et les programmes des Nations Unies poursuivront leur soutien conformément à leurs mandats, tandis que le gouvernement congolais assumera la responsabilité de la protection et de la sécurité des civils », a conclu Mme Keita.

La Rédaction

Articles similaires

Meurtre de plus de 40 personnes par les ADF à Beni : voici la...

Les rebelles d'Allied democratic forces (ADF) soutenus par l'armée Rwandaise, ont signé une nouvelle attaque dans le territoire de Beni, en province du Nord-Kivu, coûtant la vie à plus de 40 civils, le 7 juin dernier. 

Butembo : 877 sacs de farine de maïs destinés aux déplacés a Kanyabayonga retrouvés...

Butembo : 877 sacs de farine de maïs destinés aux déplacés a Kanyabayonga retrouvés après leur vole

Escarmouches au palais de la nation/Kinshasa : l’armée confirme la thèse d’une tentative de...

Aussitôt intervenues après une attaque des hommes lourdement armés au palais de la nation et à la résidence de Vital Kamerhe ce matin, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) se sont exprimées pour fixer l'opinion.