Tuerie de 10 civils à Mangina : le gouverneur militaire du Nord-Kivu invité à sanctionner certaines autorités provinciales !

Partager

Dans une note adressé au gouverneur de la province du Nord-Kivu, le général Major Peter Cirimwami, dont une copie est parvenue à notre rédaction, le député provincial Christian Mafungula s’indigne de la léthargie des autorités politico-administrative et militaires, qui n’avaient pas pris en compte les alertes de la population et des certains élus de la région sur la présence des terroristes ADF dans les périphéries de Mangina et la ville de Beni, qui ont à la suite fait des morts au début du mois d’avril.

Dans cette même note, cet élu du territoire de Beni pense que le gouvernement provincial doit trouver des moyens pour aider non seulement les familles des victimes, mais également à la structure sanitaire ciblée par ces terroristes.

Pour chuter, Christian Mafungula, s’interroge sur les tueries répétitives des populations pourtant les services de défense et sécurité sont souvent alertés avant même que les drames se produisent, dont la nécessité d’interpeller certaines autorités locales.

Précisons que l’administrateur militaire du territoire de Beni, le colonel Ehuta Omeonga Charles s’est rendu sur place à Mangina le mercredi 03 avril, soit 24 heures après l’attaque, pour réconforter et donner un message d’espoir aux populations civiles locales.

Nzangura Kwavingiston le nègre 

Articles similaires

Meurtre de plus de 40 personnes par les ADF à Beni : voici la...

Les rebelles d'Allied democratic forces (ADF) soutenus par l'armée Rwandaise, ont signé une nouvelle attaque dans le territoire de Beni, en province du Nord-Kivu, coûtant la vie à plus de 40 civils, le 7 juin dernier. 

Butembo : 877 sacs de farine de maïs destinés aux déplacés a Kanyabayonga retrouvés...

Butembo : 877 sacs de farine de maïs destinés aux déplacés a Kanyabayonga retrouvés après leur vole

Escarmouches au palais de la nation/Kinshasa : l’armée confirme la thèse d’une tentative de...

Aussitôt intervenues après une attaque des hommes lourdement armés au palais de la nation et à la résidence de Vital Kamerhe ce matin, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) se sont exprimées pour fixer l'opinion.