Jean-Jacques Mbungani : « Je suis vraiment en bonne position pour faire entendre la voix de la population de Budjala au Parlement»

Partager

Le Dr Jean-Jacques MBUNGANI MBANDA fait partie des trois élus nationaux de la circonscription de Budjala, dans la Province du Sud Ubangi qui ont été validés officiellement le lundi 12 février à l’Assemblée nationale lors de la plénière de validation de pouvoir (mandat) des députés nationaux élus et proclamé dans différentes provinces de la République démocratique du Congo.

L’ancien ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention a été présenté sous une pluie d’acclamation de ses collègues parlementaires qui ont manifesté leur joie de se retrouver avec cette tête pensante dans la Chambre basse du Parlement.

Très ému, l’Honorable Jean-Jacques Mbungani a profité également de cette occasion pour exprimer sa gratitude envers la population et surtout à la notabilité du territoire de Budjala qui ont jeté leur dévolu sur son humble personne.

« Je tiens à remercier la population de Budjala territoire qui m’a élu tant au niveau national que provincial. Cela est une expression de confiance que je tiens vraiment à cœur. Lorsque j’étais ministre de la santé, j’ai investi d’abord pour relancer et redynamiser le système de santé au niveau national. Ce qui était dans mes compétences et également pour la province du Sud Ubangi et son territoire de Budjala», a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « Grâce à cet investissement, je me suis donné corps, âme et esprit pour porter les desideratas des filles et fils de Budjala plus haut afin que je puisse être aujourd’hui leur porte-parole dans l’enceinte de l’hémicycle. Et ce travail, je ferai vraiment de tout cœur ».

Né à Mbaya dans le territoire de Budjala, l’Honorable Mbungani maîtrise et connaît parfaitement bien les nombreux défis auxquels est confronté son fief natal qui nécessite l’intervention des législateurs pour connaître le développement.

«Comme le Président de la République, je connais les défis de tout le pays et particulièrement de la population Budjala. Il y a un besoin requérant en eau potable, en électrification ; il y a un problème des infrastructures routières; des scolarités parce que les écoles sont en difficultés et également au niveau sanitaire », a-t-il martelé.

Sans ambages, le Dr. Mbungani se dit être en bonne position pour faire entendre la voix de la population de cette circonscription au Parlement afin que le gouvernement tienne en compte leurs préoccupations.

Un travail qu’il compte faire harmonieusement avec tous ses collègues députés élus de la circonscription de Budjala.

L’ Ancien ministre de la santé publique se dit également préoccupé par la situation sécuritaire dans la partie Est de la république.

«Nous sommes très préoccupés par l’insécurité qui s’intensifie dans la province du Nord-Kivu où nos compatriotes congolaises et congolais perdent leur vie. Nous félicitons le chef de l’Etat et son gouvernement pour son engagement à combattre les rebelles du M23 ainsi que leurs alliés Rwandais qui menacent notre pays depuis une vingtaine d’années », a fustigé l’Elu de Budjala.

Et de renchérir : « Il est de notre rôle en tant que député national de dénoncer ce qui se passe à l’Est du pays. Nous encourageons le chef de l’Etat et le gouvernement à défendre tout centimètre de notre territoire national et de sauver des vies de Congolais ».

Pour rappel, lors de la plénière inaugurale de cette 4ème législative, 26 commissions spéciales ont été mises en place au sein de la chambre basse afin de vérifier et valider les pouvoirs de 477 élus et proclamés par la Commission électorale nationale et indépendante (CENI).

Jules Ntambwe

Articles similaires

Kinshasa : PNLP et ISA renforcent les capacités de 29 journalistes membres du groupe...

Le paludisme reste la première cause de morbidité, de mortalité et d’hospitalisation en République démocratique du Congo, mais surtout pour les enfants de 0 à 5 ans ainsi que les femmes enceintes. Depuis quelques années, la RDC figure sur la tête d’affiche des pays les plus palustres. Elle est deuxième en Afrique et troisième au monde après l’Inde et le Nigeria.

CNSSAP-Gestion ressources humaines : après vérification de conformité, l’IGF valide la paie des mois...

Le système de contrôle interne des ressources humaines de la CNSSAP est bien satisfaisant. L'IGF a, après contrôle de conformité, validé la paie des mois d'avril et mai 2024 de tous les agents dans leur statut actuel et ce, sans exception.

Escarmouches au palais de la nation/Kinshasa : l’armée confirme la thèse d’une tentative de...

Aussitôt intervenues après une attaque des hommes lourdement armés au palais de la nation et à la résidence de Vital Kamerhe ce matin, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) se sont exprimées pour fixer l'opinion.