RDC : la VSV s’insurge contre l’arrestation et le transfèrement à Kinshasa du journaliste Blaise Mabala de la radio “Même Morale” FM

Partager

l’ONG la voix de sans sans voix pour les droits de l’homme ( VSV ) a exprimé, lundi, 05 février, ses vives préoccupations quant à l’arrestation, la détention prolongée et le transfèrement le 24 Janvier dernier à Kinshasa du journaliste Blaise Mabala de la radio Même Morale FM de la ville d’Inongo ( Maï-Ndombe ).

Le coordonnateur de la radio privée Même Morale FM est accusé délit de presse, diffamation et d’outrage à l’autorité par la gouverneure du Maï-Ndombe Rita Bola Dula.

D’après la VSV, il est reproché à Blaise Mabala d’avoir reçu en date du 04 décembre 2023, Me Jack’s Mbombaka Bokoso alors promoteur de ce média et vice gouverneur de cette province à son émission Loba Toyoka bien entendu Parle Nous écoutons. C’était lors de la campagne électorale.

Au cours de cette émission, le vice gouverneur a réagi aux questions épineuses sur la gestion de la province du Maï-Ndombe.

L’ONG des droits de l’homme déplore que, le journaliste Blaise Mabala a été transféré depuis le 24 Janvier dernier à Kinshasa puis le 27 janvier 2024 en la prison centrale de Makala alors que son dossier demeure pendant devant le tribunal de grande instance d’Inongo. En effet, le ministère public avait fait appel contre le jugement rendu, à la suite de l’acquittement prononcé par le tribunal de paix d’Inongo.

La VSV dénonce le traitement inhumain et dégradant infligé à ce chevalier de la plume lors de son acheminement à Kinshasa.

Rappelant qu’il n’y a pas de démocratie sans une presse libre et indépendante. La Voix de sans voix invite enfin les autorités Congolaises à libérer sans conditions ce professionnel de média et à lui garantir un retour sécurisé à Inongo. Elle plaide pour l’ouverture d’une enquête impartiale et indépendante sur l’arrestation et les traitements dégradants infligés à Blaise Mabala afin d’interpeller et sanctionner les auteurs de ces actes ignobles afin cela ne restent point impunis.

Le journaliste Blaise Mabala a été arrêté le 29 décembre dernier à Inongo au commissariat provincial de la police nationale Congolaise du Maï-Ndombe par le commissaire supérieur chargé de l’administration de la police nationale Congolaise du ressort pendant qu’il avait un rendez vous avec le commandant provincial de la PNC Maï-Ndombe pour réaliser une interview et conduit ensuite au parquet de grande instance d’Inongo et a été conduit et placé en détention sous mandat d’arrêt provisoire quelques heures avant son acheminement en la prison centrale d’Iyombe de la ville d’Inongo. Et depuis qu’il a été transféré à Kinshasa et jeté dans la prison centrale de Makala, Blaise Mabala n’a jamais passé à une quelconque audition d’un magistrat ni du parquet général pré la cour de cassation juridiction que sa plaignante avait fait la communication du dossier moins encore du parquet général pré la cour d’appel de Kinshasa / Gombe juridiction à laquelle son dossier se trouve pour le moment.

La Rédaction

Articles similaires

Kinshasa : HABARI RDC édifie les jeunes sur le rôle et l’implication des conseillers...

Connaître le vrai rôle et l’utilité des conseillers communaux dans la gestion des entités décentralisées, faire comprendre aux jeunes les attributions réparties à ces nouvelles autorités de la commune, leurs responsabilités telles que limitées par la loi et leur impact dans la gestion de la Res publica au niveau communal était, en gros, le but précis de la conférence-débat organisée par HABARI RDC, ce jeudi 20 juin 2024 à Kinshasa. 

“Impunité zéro, fini la récréation”, le nouveau slogan du ministre de la justice Constant...

Zéro impunité et fini la récréation, c'est le nouveau slogan du ministre de la justice et garde des Sceaux, Constant Mutamba Tungunga.

RDC : Lamuka réclame la démission imminente de Judith Suminwa !

La nouvelle première ministre Judith Suminwa Tuluka obligée de démissionner. Deux mois après sa nomination sans gouvernement mis en place, l'ancienne ministre du plan est sommée par Lamuka de Fayulu de démissionner “pour sauver la République”.