Beni : 17 ex otages des ADF intègrent la société dont 8 enfants confiés à la protection d’enfants de la MONUSCO 

Partager

Les Forces armées de la République Démocratique du Congo(FARDC) ont procédé à la remise de 9 otages, tous adultes, à la société civile de la ville de Beni, kidnappés par les terroristes islamistes MTM/ISCAP.

Ces 9 otages ont été libérés pendant les différents affrontements sur la route Mbau-Kamango et à l’Ouest de la RN4 dans la province du Nord-Kivu.

Le porte-parole du secteur Opérationnel Sokola 1 Grand-Nord, le capitaine Antony Mwalushayi Mbombo, en a profité de cette occasion pour sensibiliser les personnes qui doutent toujours sur la présence des terroristes ADF MTM, de collaborer avec l’armée pour son éradication totale, et que les ex otages libérés par l’armée doivent aussi être un exemple de travail que fait l’armée loyaliste.

À cette occasion, 8 autres ex otages mineurs ont été également remis par l’armée régulière au bureau de la protection des enfants de la MONUSCO.

Prenant la parole, maître Pepin Kavotha, président de la société civile urbaine, a demandé aux collaborateurs de se désolidariser avec les  ennemis de la paix et de collaborer avec l’armée congolaise pour en finir avec la guerre.

Nzangura Kwavingiston le nègre

Articles similaires

NORD-KIVU : 5 morts après l’explosion de plusieurs obus largués par les M23 à...

Apres l'echec des plusieurs tentatives des M23 pour  conquérir la commune de Kanyabayonga, partie sud du territoire de Lubero, bloqué suite à la résistance des forces loyalistes, soutenue par les jeunnes patriotes dits Wazalendo, ces terroristes ont lancé une nouvelle attaque qui a fait plusieurs victimes dans cette région. 

Kinshasa : des policiers non en service interdits de circuler avec les armes pour...

Kinshasa : des policiers non en service interdits de circuler avec les armes pour ces raisons

Coup d’État raté à Kinshasa : un des assaillants parle de Vital Kamerhe comme...

Coup d'État raté à Kinshasa : un des assaillants parle de Vital Kamerhe comme «cible d’attaque»